Anti-stress : le yoga ou la méditation !

Yoga anti stress

Une récente étude américaine démontre que la Réponse de Relaxation ou RR a le pouvoir de lutter contre le stress. Basé sur la décontraction, ce programme préconise des techniques éprouvées comme le yoga pour modifier l’expression de certains gènes.

Les méthodes de décontraction

Dans son étude, le professeur de médecine à la Harvard Medical School de Boston Herbert Benson démontre que le phénomène appelé « réponse à la relaxation » a un effet bénéfique sur la santé. Le scientifique assure que les techniques de décontraction comme le yoga, la prière répétitive ou la  améliorent le bien-être et profitent aux cellules. Le yoga, une philosophie indienne visant à unir l’esprit et le corps, y est décrit comme un technique de relaxation ayant le pouvoir de stimuler la résistance de l’organisme à de nombreuses pathologies. Des preuves scientifiques révèlent que ces méthodes de détente agissent sur divers paramètres physiologiques comme la maîtrise de la respiration, la pression artérielle ainsi que le rythme cardiaque. En outre, les méthodes de déconcentration réduisent les tensions physiques d’une part, et d’autre part, elles contribuent à la maîtrise du stress en réduisant les tensions psychologiques cette fois-ci.

Les explications

L’état psychologique et physique d’un individu est directement influencé par son profil génétique. En effet, les gènes s’activent de manière différente quand une personne est en état de détente ou en état de stress. Le stress favorise par exemple le diabète, tandis que la méditation réduit ce risque grâce à sa capacité d’augmenter la sécrétion d’insuline. Les chercheurs expliquent également que dans un contexte de stress, les gènes liés à la réponse inflammatoire sont plus actifs. Le stress favorise ainsi la survenue de diverses pathologies. Les différentes techniques de détente jouent donc un rôle non négligeable tant sur la santé mentale que sur la santé physique. En état de détente, les télomères sont maintenus. Or, plus les télomères sont longs, moins le vieillissement est important. Cette révélation apporte donc un crédit considérable aux bienfaits de la pratique régulière des méthodes de relaxation sur les cellules.

Réalisation de l’étude

Pour l’élaboration de l’étude, deux groupes de 26 individus ont été observés par les scientifiques. Les groupes étaient constitués d’une part de novices aux pratiques de la relaxation et d’autre part, de personnes pratiquant ces méthodes depuis 4 à 25 ans. Tous les participants devaient écouter un CD de décontraction d’une vingtaine de minutes. Les débutants devaient se plier à cet exercice quotidiennement durant huit semaines consécutives. En parallèle, ils participaient à une formation concernant les différentes méthodes de décontraction destinées à perfectionner le lien entre l’esprit et le corps. Avant le début de l’expérience, tous les volontaires ont fait l’objet d’un prélèvement sanguin. À la fin de l’exercice, un second prélèvement a été fait sur les patients béotiens avant qu’ils ne réalisent la dernière séance de l’expérience. C’est de cette manière que les chercheurs ont pu identifier les gènes cibles et leur taux d’expression en fonction de l’état psychologique des sujets.